Vous êtes ici

Tendances logicielles

Les atouts des systèmes ERP pour le secteur de la con­struc­tion en 2018

par Rosario De Francisci, directeur de proALPHA Suisse SA

La numérisation provoque aussi des changements croissants dans le secteur de la construction. Non seulement via les bâtiments intelligents et leurs exigences, mais aussi au sein même des entreprises. proALPHA, fabricant de systèmes ERP, a analysé de nombreux projets clients et études eu égard aux évolutions les plus récentes dans les PME. Le cloud, la mobilité, l’industrie 4.0 et l’Internet des objets (IdO) sont de plus en plus utilisés dans des domaines qui concernent également le secteur de la construction. proALPHA a identifié les huit tendances suivantes en matière d’ERP pour 2018 :

  1. Focalisation accrue sur le client
  2. Les PME misent sur les solutions sectorielles
  3. La gestion numérique de documents a le vent en poupe
  4. La gestion automatisée accroît la productivité
  5. Croissance durable: le cloud s’impose
  6. Une année placée sous le signe de la conformité
  7. Rien ne va plus sans la mobilité
  8. Généralisation de l’Internet des objets

Focalisation accrue sur le client
Etant donné que les produits se ressemblent de plus en plus sur le marché international, de nombreuses entreprises redécouvrent une ancienne vertu: la bonne relation avec les clients. Les clients satisfaits per-mettent en effet de générer plus facilement de nouvelles commandes, à condition de connaître tout l’historique. L’association de la gestion des relations clients (CRM) avec les dossiers de commandes et de produits d’un client (ERP) constitue la première étape à cette fin.

Les PME misent sur les solutions sectorielles
La représentation des processus commerciaux individuels et des spécificités du secteur dans un ERP exige souvent une personnalisation importante et coûteuse. C’est pourquoi les PME et les grandes entre-prises recherchent des solutions qui couvrent déjà de nombreuses exigences spécifiques du secteur, à l’image de proALPHA avec des composants industriels correspondants.

La gestion numérique de documents a le vent en poupe
A ce jour, la crainte d’interfaces supplémentaires difficiles à entretenir ou de silos d’information supplémentaires a découragé de nombreuses PME d’investir dans un système de gestion de documents (DMS). La numérisation croissante marque un tournant à cet égard. Les possibilités sont nombreuses, des solutions individuelles aux solutions ERP complètes telles que proALPHA, qui intègrent déjà un DMS.

La gestion automatisée accroît la productivité
Le DMS est étroitement lié à la quête d’une gestion plus efficace. De nombreuses entreprises s’efforcent d’automatiser le plus possible les processus administratifs. Celles qui font preuve d’innovation assurent déjà un déroulement plus rapide des transactions de bout en bout, de l’entrée des factures au traitement entièrement automatisé. Ce qui permet de réduire le travail manuel jusqu’à 90%.

Croissance durable: le cloud s’impose
La demande de systèmes sur site reste élevée, mais la tendance se dirige indiscutablement vers le cloud. Les entreprises ont le choix parmi plusieurs modèles éprouvés, de l’hébergement des logiciels ERP dans un centre de calcul sécurisé aux modèles de location de solutions Software-as-a-Service. En particulier, le cloud offre la flexibilité requise pour la liaison avec des succursales étrangères.

Une année placée sous le signe de la conformité
2018 sera l’année de la conformité et des données. Le règlement général sur la protection des données de l’Union européenne (RGPD), qui entrera en vigueur en mai 2018, suscite un grand intérêt et aura éga-lement des répercussions sur les entreprises suisses. La révision de la loi suisse relative à la protection des données, qui devrait entrer en vigueur en 2019, s’inspire fortement du RGPD. Les entreprises qui ne sont pas sûres d’elles doivent impérativement se faire conseiller.

Rien ne va plus sans la mobilité
Le travail mobile et la transmission de données sans retard au niveau des processus suivants raccourcis-sent non seulement les délais, mais augmentent aussi l’efficacité des processus. C’est pourquoi les solu-tions mobiles s’imposent actuellement à large échelle: du portail de services pour les techniciens du ser-vice extérieur au suivi précis des supports de marchandises au sein de la fabrication, en passant par la saisie des données d’exploitation dans l’entrepôt. Le nombre de cas d’utilisation et de solutions réalisées va encore augmenter dans ce domaine.

Généralisation de l’Internet des objets
L’Internet des objets (IdO) arrive dans la pratique. Les entreprises réalisent de plus en plus de premiers projets et accumulent les expériences avec l’utilisation de technologies de capteurs intelligentes intercon-nectées. La maintenance prédictive a joué un rôle de précurseur en la matière.

Rosario De Francisci est directeur de proALPHA Suisse SA.

Les tendances ERP dans la pratique

dans la pratique

L’intelligence artificielle devra encore attendre un peu au sein du Groupe Gruner. Située à l’avant-garde en matière de planification et d’ingénierie, l’entreprise s’efforcera en 2018 de rendre les sys-tèmes existants réellement plus intelligents. La priorité est donnée aux projets qui apportent des gains en termes d’efficacité et de qualité ou réduisent la complexité, de manière à simplifier les processus de gestion.

L’automatisation, par exemple dans le domaine de la gestion de véhicules et de flotte, nous a déjà permis de réduire le fardeau administratif et d’augmenter la transparence des coûts l’année dernière. En 2018, nous allons franchir des étapes supplémentaires dans cette direction, en premier lieu dans la gestion des créanciers.

Nous allons aussi nous axer sur la liaison des données clients et projet. A l’avenir, nous de-vons aussi représenter notre vaste réseau de clients dans une base de données, puis saisir ces informations dans notre modèle de données existant.

Depuis plusieurs années, nous utilisons Qlik comme outil central d’analyse de données et de reporting. Il a fait ses preuves sur le plan de la qualité des données et de la rapidité d’accès aux informations disponibles. De même, on peut élaborer rapidement et efficacement des demandes ponctuelles concernant différentes questions. En 2017, nous avons complété notre environnement BI et reporting avec l’outil de planification JEDOX et menons ainsi des évaluations de projets mensuelles. La direction en profite, en ce sens où elle dispose d’une gestion simple des ressources et des projets (tendance 6). Dans l’ensemble, il s’agit de trouver le bon équilibre entre l’adaptation des processus à des systèmes et inversement.

Force est malheureusement de constater qu’il existe rarement des solutions sectorielles globales dans le domaine de la planification et de l’ingénierie. La tendance se dirige vers l’harmonisation et la normalisation de nos systèmes. Il serait souhaitable qu’une norme voie prochainement le jour pour notre secteur.

Michael Städtler dirige le département Digital Business Solution du Groupe Gruner michael[punkt]staedtler [ät] gruner[punkt]ch