Vous êtes ici

Efficacité lors de la pla­ni­fi­ca­tion des coûts

Pla­ni­fi­ca­tion et contrôle des coûts avec le BIM

 

Gruner SA
Christian Brendelberger, architecte dipl. HES
Christian[punkt]Brendelberger [ät] gruner[punkt]ch

Les coûts sont depuis toujours un aspect central de tout projet d’ouvrage, qu’il s’agisse d’une nouvelle construction, d’une transformation ou d’un assainissement. Au cours des dernières années, la planification des coûts a cependant gagné en importance en tant que paramètre du processus de planification. Or le BIM offre de toutes nouvelles possibilités de contrôle des coûts.

Le Building Information Modeling (BIM) offre non seulement une représentation virtuelle du bâtiment en 3D, mais aussi des données sur les propriétés de tous les éléments constitutifs de la construction, leurs interactions mutuelles ainsi qu’au sein de la structure globale du bâtiment. Avec l’intégration de la gestion des délais, on parle de 4e dimension, et lorsqu’on ajoute la planification des coûts on atteint la 5e dimension. Enfin, l’association de la gestion du cycle de vie à la modélisation des données du bâtiment constitue la 6e dimension. Toutes les informations découlent du modèle. Cela signifie qu’il n’y a pas de données non référencées. Ainsi, le modèle de données d’un bâtiment forme une représentation complète et intégrée de ce bâtiment, qu’il soit planifié ou déjà construit. Au lieu de dimensions, on pourrait également parler de niveaux d’intégration.

Intégration numérique

La modélisation des données du bâtiment avec le BIM doit permettre d’optimiser la planification, la réalisation et l’exploitation des biens immobiliers. C’est non seulement le bâtiment lui-même, mais aussi le déroulement réel et spatial du chantier, les processus de réalisation, les délais, les coûts et l’utilisation qui doivent pouvoir être calculés de façon plus efficace et plus précise. L’intégration des coûts au fil de l’ensemble du processus de développement est ainsi une conséquence logique.

Sur la base du modèle en 3D, les caractéristiques d’équipement et de qualité sont définies dans le processus de planification comme dans un échantillonnage. Avec le logiciel actuellement utilisé par Gruner SA pour la planification générale, le modèle volumique d’une planification interne ou externe est chargé via l’interface IFC. Cela permet de charger également les informations affectées au moment de l’élaboration du modèle, telles que les spécifications et les épaisseurs des matériaux. Par conséquent, sur la base du modèle volumique, les quantités d’éléments ayant les mêmes propriétés sont regroupées et pourvues d’une même valeur de coût. Les informations ainsi obtenues d’après le modèle servent de base à la détermination des coûts.

Relevés de mesures chronophages

La planification des coûts se fonde sur deux paramètres: les mesures et les coûts de référence spécifiques. Alors que l’affectation des coûts de référence exige des connaissances approfondies, la détermination des surfaces et des volumes correspondants est généralement une tâche nettement moins ardue. Il est d’autant plus agaçant qu’un relevé de mesures exhaustif en vue d’une planification conventionnelle des coûts prend davantage de temps que l’affectation des coûts de référence spécifiques.

Grâce au transfert automatique des quantités du modèle, la méthode du BIM permet par conséquent un gain de temps considérable.

Précis, cohérent et actuel

Cette méthode permet de réagir plus rapidement à des changements de planification, étant donné qu’au moment de charger le modèle modifié, les informations issues du modèle précédent restent accessibles et seuls les éléments spécifiques au nouveau modèle doivent être traités. Les répercussions de différentes variantes sur le projet peuvent être analysées avec leurs planifications de coûts respectives et offrent ainsi une base de décision fondée sur des chiffres concrets. Cela permet un pilotage plus précoce de la planification par l’intermédiaire des coûts, incluant la comparaison des variantes et la confrontation avec des références de planification similaires.

Autre aspect avant-gardiste de l’interface d’appel d’offres, la possibilité de lier les valeurs de coûts au catalogue des articles normalisés (CAN), lequel peut, combiné à la détermination des quantités d’après le modèle 3D, servir directement de base à l’établissement de devis.

Les premières expériences avec ce logiciel en matière de planification générale sont très prometteuses: la communication entre planificateurs est optimisée et la maîtrise des coûts est améliorée. De même, il est possible de réagir plus rapidement à des changements ou des études de variantes et les considérations issues de la planification des coûts peuvent être exploitées de façon ciblée dans l’appel d’offres. En somme, l’évolution s’avère positive et peut s’intégrer aux processus habituels après quelques restructurations afin de contribuer à une planification transparente des coûts.

Éléments à prendre en compte

Le BIM n’a rien de magique et n’offre aucune sécurité de coûts, du moins pas de lui-même. Comme pour tout processus de planification, tout dépend des intervenants. Si des éléments sont oubliés lors de la modélisation des données du bâtiment, ils ne seront pas pris en compte dans les coûts. Si des matériaux ne sont pas adaptés à la qualité de réalisation souhaitée, par exemple parce qu’ils n’étaient pas encore définis dans une phase antérieure, l’estimation des coûts correspondants peut être insuffisante. Les différences de prix locales ne sont pas prises en compte si l’on n’y prête pas attention et que l’on fait aveuglément confiance au système. La qualité de la planification dépend davantage du planificateur de coûts que du logiciel. Même avec le BIM, la responsabilité reste du ressort de l’équipe de planification et du maître d’ouvrage. L’humain reste au premier plan, mais avec le BIM, il dispose d’un outil éprouvé en guise de soutien constructif.

Avan­tages

  • Consultation de toutes les données et quantités ayant une influence sur les coûts
  • Vérification de l’exhaustivité de la définition et de l’échantillonnage des éléments de construction
  • Représentation visuelle claire des coûts pour les maîtres d’ouvrage
  • Contrôle interdisciplinaire simplifié des coûts
  • Estimations de coûts plus précises
  • Pilotage des coûts actualisé en permanence
  • Réduction des risques grâce à une maîtrise accrue des coûts